Catalogue ``objet singulier``

A l’occasion de la première exposition des objets de bronze et d’argent de Jean Grisoni, un catalogue a été édité…Ce gatalogue présente une partie des nouvelles pièces, et développe le nouvel état d’esprit de l’exploration créative: « Brutalité raffinée ».
Ce catalogue est disponible sur simple demande.

SIMPLE PRÉSENTATION…

La source de la créativité

aproposatelierCréateur de bijoux et d’objets précieux, Jean Grisoni fait des chaînes comme un musicien ses gammes. Ses chaînes sont des instants musicaux avec leurs dissonances et leurs syncopes. Il casse leur rythme immuable en introduisant des accidents.
Il oppose pierres et métaux précieux à l’acier érodé de vieilles chaînes de marine récoltées sur les plages de la Méditerranée. Entre ses mains, ces épaves deviennent à leur tour précieuses. Elles se laissent souder à l’or et à l’argent, s’ornent parfois de diamants, d’une branche de corail, de perles antiques. Parures précieuses et brutales, les chaînes de Jean Grisoni portent en elles le souvenir des forges d’autrefois.

A creator of jewellery and precious objects, Jean Grisoni makes chains as a musician practices scales. Like musical moments, his chains have their own dissonances and syncopations.
He breaks their timeless rhythms by introducing links of different sizes; contrasts precious stones and fine metals with the weathered steel of old ships’ chains picked up on Mediterranean beaches.
In his hands, these castaways, soldered with gold and silver, ornamented with diamonds perhaps, or a branch of coral, or antique beads, become precious things in themselves. Jean Grisoni’s chains are precious yet rough-edged, contemporary adornments that carry within them the memory of ancient fires.

JEAN GRISONI

PAR JÉROME COIGNARD

apropos-jeanJean Grisoni est un ascète de la forme nécessaire. Un artiste du peu. À ses yeux, l’équilibre du monde repose sur une minuscule imprimée en Garamond, avec son «œil» décalé, son patin à peine biseauté, le miracle de son ellipse. La typographie a fait Grisoni. Cet ordre parfait contient ses désordres à lui, sa passion, sa générosité, sa secrète inquiétude aussi. Au physique, l’homme est puissant et barbu comme les grands dieux de l’Olympe. Mais c’est un dieu bon qui répand l’harmonie. Graphiste, designer, directeur artistique, photographe et maintenant joaillier, il a, tout au long de sa carrière, donné forme à des livres, à des objets, conçu l’identité et l’image de marques prestigieuses.
Depuis 25 ans, Grisoni crée des chaînes. Il a trouvé dans cette forme simple, presque banale, un terrain d’expression aux richesses jusque-là insoupçonnées. Une écriture. Car il pèse les anneaux en poète qui pèse les mots et les syllabes. Ses chaînes sont la concision du haïku. L’art du typographe qui distribue le plein et le vide rejoint celui de l’orfèvre qui forme les anneaux. Il trouble leur rythme immuable en introduisant des maillons de tailles différentes, en opposant l’acier à l’or, le poli au rugueux. Maître de ses colères, Grisoni martèle, bousille le métal précieux. Ses marteaux sont trafiqués, leur surface de frappe est savamment blessée pour à son tour infliger à l’or ou à l’argent d’infimes cicatrices: la trace d’une histoire.
L’histoire de Jean Grisoni a pour berceau la Méditerranée, cette flaque sublime avec ses mythes et ses orages, ses migrations et ses échanges, son sel qui nourrit et qui tue. Sa naissance en Algérie, ses racines corses mêlées de sang napolitain, son adolescence à Marseille ont forgé son destin. Avec leurs anneaux rouillés trouvés sur le rivage, parfois cloutés de diamants, leurs bois flottés, leurs inclusions de fragments archéologiques ou de pierres rares, ses chaînes plongent dans les profondeurs de cette histoire. Sensuelles, douces à la peau, elles se souviennent pourtant de la lourde chaîne du cargo et de la rumeur du port. Elles nous disent la beauté d’aujourd’hui et pourtant se souviennent des forges de Vulcain.

Jean Grisoni is an ascetic of the necessary form. An artist of the less. In his eyes, the world is balanced on a lower case e, in Garamond type, its ‘eye’ shifted from the centre, the slight chamfer in the serif, the wonder of the ellipse. Typography made Grisoni.
The man’s unrest, his passions,  his generosity, the inquietude within, are contained by its perfect order. Physically, he is strong, bearded like the great gods of Olympus. But a good god, spreading, harmony.
In his career as a graphic artist, designer, art director, photographer and latterly a jeweller, he has given form to books and objects, and shaped the corporate image of some of our best known brands. And for 25 years Jean Grisoni has made chains.

In this simple, commonplace form he has found a domain of expression, a writing richer than one might have suspected. He weighs the links as a poet weighs the words and syllables.
His chains have the conciseness of haiku. His art combines that of the typographer, arranger of solid and void, with that of the silversmith, maker of rings. To agitate their timeless rhythm, he places links of different sizes, contrasts of steel and gold, of polished and rough. Mastering his fury, Grisoni beats and mangles precious metal. His hammers are abused, their striking faces battered and bruised – the better to inflict tiny scars in gold and silver, telling a story. This artist’s story is shaped by the Mediterranean, that sublime pond with its myths and storm clouds, migrations and exchanges, its salt that nourishes and kills.
His Algerian birth, his Corsican roots mingled with Neapolitan blood, an adolescence in Marseilles – these are the elements that forged his destiny. His chains, with their rusted iron rings from the shore, perhaps studded with diamonds; with their driftwood, their inclusions of archaeological fragments or gemstones, are immersed in that story. Sensual and soft on the skin, they nevertheless call to mind the cargo chain and the bustle of the port. They are tales of modern beauty, yet imbued with the memory of Vulcan’s forge.

 

Livres

aproposlivre« Chaînes »
Parcours complet du travail de Jean Grisoni autour de la Chaîne.
Ce livre a été présenté lors de l’exposition thématique chez Jean-Michel Wilmotte.
Mars 2015
Editions du Passage
 
« Promenades en Méditerranée »
Bijoux, photos et textes pour explorer l’univers de Jean Grisoni.
Février 2007
Editions du Passage
 
« le Design Précieux de Jean Grisoni »
Catalogue-livre de l’exposition « Diamants en Chambre Noir » au musée des Arts Décoratifs à Paris.
Novembre 2003
Editions du Passage

CONTRASTE ET OPPOSITION

aproposcontrastes« L’esthétique qui génère l’élégance naît systématiquement de la magie d’une proportion entre deux univers. Proportion /opposition.
Point d’équilibre fragile de la rencontre de deux contraires : le sombre et le clair, le lisse et le rugueux, le naturel et l’élaboré, la brutalité et la sophistication, le puissant et le léger, l’ancien et le nouveau… le déclaratoire et le suggéré, le hurlement et le chuchotement… »
Obsessionnellement, Jean Grisoni cherche à établir la juste proportion , le bon rapprochement entre la pierre et le métal, la couleur et son abscence, la lumière et la peau. C’est dans cet équilibre qu’il puise sa passion et qu’il matérialise ses idées.
« L’idée de cette précieuse nature vient de la manière de regarder. Certes, en ajoutant de riches matières à des matériaux précieux on fini toujours par créer un objet dit précieux. Mais c’est en révélant la beauté d’un objet réputé banal et en l’associant à une touche plus raffinée qu’on peut faire naître une nouvelle voie. La vérité précieuse se cache au fond de la nature simple et du passé revisité… La découvrir nécessite une certaine attention. Porter un fragment de nature ou d’histoire nécessite une grande humilité… ou une certaine vanité ? »

CHAINES

Comme une obsession, les Chaînes occupent un place particulière dans le travail de Jean Grisoni…

aproposchainesChaîne d’acier retenant l’ancre d’un navire, chaîne de bicyclette, chaîne d’or portant une médaille … Objet banal entre tous, simple et parfait dans la répétition géométrique de ses maillons, la chaîne fascine Jean Grisoni depuis de longues années. Créateur de bijoux et d’objets précieux, il fait des chaînes comme un musicien ses gammes. Ses chaînes sont des instants musicaux avec leurs dissonances et leurs syncopes. Il casse leur rythme immuable en introduisant des maillons de tailles différentes. Il oppose pierres et métaux précieux à l’acier érodé de vieilles chaînes de marine récoltées sur les plages de la Méditerranée. Les lourds anneaux brunis par la rouille évoquent d’autres chaînes, celles qui entravaient jadis esclaves et forçats. Pacifiées par le créateur, ces épaves deviennent à leur tour précieuses. Elles se laissent souder à l’or et à l’argent, se cloutent parfois de diamants. Ici l’or massif martelé devient rugueux, là il s’étire en fragiles maillons, mince comme des trombones de bureau. Une branche de corail, des perles antiques, une pointe de flèche préhistorique viennent parfois ponctuer ces créations. Parures précieuses et brutales, les chaînes de Jean Grisoni portent en elles le souvenir des forges antiques.

A chain of steel holding fast the anchor of a ship, a bicycle chain, a gold chain for a medal … Chains: Jean Grisoni has long been fascinated by these most ordinary of objects, simple and perfect in their geometrical repetition of links. As a maker of jewelry and precious objects, he makes chains as a musician practices scales. With their dissonances and syncopations his chains are musical. He breaks their unchanging rhythm by introducing links of a different sizes. He contrasts stones and precious metals with the eroded steel of old chains picked up from Mediterranean beaches. The heavy rings darkened by rust evoke other chains, those that once shackled convicts and slaves. Pacified by the maker, these castaways are themselves made into precious things. They submit to soldering with gold or silver, or perhaps to studding with diamonds. Here, solid beaten gold becomes crumpled, there drawn into fragile wire loops, as thin as paperclips. These creations might feature a branch of coral, ancient beads of lapis-lazuli, a prehistoric arrowhead. Jean Grisoni’s chains are precious yet rough-edged, contemporary adornments that carry within them the memory of ancient fires.

Visite d'atelier

L'inspiration de l'artiste